En cette fin de juin – Gilles Compagnon

Cracher ce qu’on cache
au cratère de soi
Exonérer du creux
du ventre
des scories d’émois
Ces démons qui grouillent
en notre épicentre.
Se donner du temps
à les évaporer du dedans !
Emettre en rondes consonnes,
voyelles et lucioles
bouillonnantes
du diable.
Moudre
les moutures
montant
du canif
planté entre nos dents,
ce mistral sec,
ce sang aride
dévorant
qu’on porte au plus
profond
de nos entailles
d’entrailles…
Les pluies rares
d’orages
en cette fin de juin
essorent
ce qu’il nous reste
d’artères filtrantes
au cœur !…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s