Le vent – Catherine Boissaye


Le vent expire
De tristesse
Dans l’infinité
De la nuit

Son souffle rugit
Le désespoir l’étreint
Et il m’inspire
Dans son chagrin

Le vent soupire
Dans sa course perpétuelle
En un chant sensuel
Aux accents lugubres

Et dans sa peine
Une lueur d’espoir
Il reviendra toujours
Là d’où il est parti

Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s