Gilles Compagnon – On devrait écrire au tournevis…

On devrait écrire
au tournevis
pour dévisser
des jours blêmes
les mystères
qu’on s’invente

ou qui rayonnent
pas sages
sur l’établi
de nos vies
distraites…

Aujourd’hui
j’exulte d’assises
tripes exposées
de mon vieux cœur
cruciforme

posé à même
la planche
à pain rance
d’un destin
avachi
plus qu’incertain…

Le ciel tire
des queues de vache
entre de floutées
rectilignes trajectoires d’avions

À ma fenêtre
sans frapper
un soleil aigri
cherche
à pousser
le rideau…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s