Extrait de  » Cela s’appelle l’espoir  » – Carole Dailly

Un oiseau bleu vient parfois chanter dans mon âme.
Accompagné du vent,
Il me conte des choses que jamais je ne comprends,
mais qui me bouleversent et que je reconnais
Océan de douceur
Est passé l’harmattan,
L’a enroulé dans ses déchirures,
A uni son souffle à sa rage
L’a retourné
Depuis, sur la grève cinglante de silence,
Le calme résonne comme une solitude

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s