Gilles Compagnon – Pierrot à Colombine

L’orageux corridor

du soir descend

son rideau noir

La pièce grise

jouée du jour est

désormais fort close

Se tourne la page étau

de blanc

des soleils absents

Se rentrent au bercail

tous les très

irrités personnages

Les visages de théâtre

du vent se retirent

en coulisses

Le geste nu

et ses mots pliés

remballent leurs forfaits

On ne remboursera

pas les méfaits

imputés à la pluie

Étalant son film d’effrois

la nuit tend

écran d’étoiles.

Pierrot sifflote

épuisette brandie

à bout de bras,

tentant à grands renforts d’efforts

de décrocher la lune…

La rapportera t-il demain

à sa bien aimée

Colombine ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s