Les contes de l’avent – » Le manège enchanté  » de Carmen Montet

Maximin était un vieux monsieur qui avait toute sa vie fait rêver les enfants. Il avait été propriétaire d’un manège qui enchantait les petits et les grands. Il s’était marié mais sa femme était morte toute jeune.Il ne l’avait jamais remplacée et n’avait jamais eu d’enfant.

Ce grand carrousel était son bébé .Il avait eu ses jours de gloire voilà plus de cinquante ans et était resté dans toutes les mémoires des petits du quartier .

Qui n’était pas monté un jour sur un de ces animaux ? Lors d’une fête d’une célébration pour la « vogue »  ?

Maximin  avait succédé à son père qui  possédait également  un carrousel .Lorsque le père mourut, Maximin vendit son manège  et acheta un second carrousel magnifique : c’était le seul manège d’animaux sauvages .Les bambins qui y montaient se voyaient remettre   un grand chapeau des jumelles ou une boussole et une carte mystérieuse lorsqu’ils prenaient leur ticket .Les voilà devenus pour trois minutes d’intrépides explorateurs !

Il y avait les ours bruns et blancs, les loups, les panthères des neiges ,les lynx, les lions, les tigres, les pumas, mais aussi les crocodiles, les araignées géantes des chevaux sauvages des caribous, des lamas.. .Bref , comme tous les enfants aimaient l’aventure quoi de plus excitant que de grimper sur le dos d’un gorille, ou d’un  rhinocéros  !

Maximin accompagnait le manège de musiques de tam-tams de chants africains ,de cris des animaux de la jungle , du grand nord , du ruissellement de la rivière, des murmures de la foret .Puis le tour se terminait et Maximin jouait des chansons sur son orgue de barbarie.

L’homme qui était un artiste avait peint lui même les fresques de son manège.

Il vécut assez bien de son travail pendant plus de cinquante années .

Un jour des gens de la mairie vinrent inspecter le manège et le déclarèrent «  inapte, obsolète, dangereux » .Maximin n’eut plus le droit d’y faire monter des enfants. Il devait prendre sa retraite. Il avait  presque 75 ans.

C’est ce qu ‘il fit. Il entra dans une maison pour personnes âgées. Le manège fut déplacé dans un hangar.

Parfois en cachette, Maximin venait faire tourner le manège . Puis un jour la rouille ayant fait son chemin, elle empêcha le Carrousel de fonctionner une dernière fois . le vieil homme  vendit son orgue de barbarie à un collectionneur et ne remit plus les pieds  au hangar.

Trois ans passèrent , Maximin, dépérissait et se laissait mourir .Il n’avait plus goût à rien  : il ne voyait plus les enfants, leurs sourires, il ne jouait plus de l’orgue  : le manège avait été toute sa vie et maintenant il se demandait à quoi il servait  ? Pourquoi continuer à enfiler les jours maussades sans raison  sans objectif ? Sa vie n’avait plus aucun sens !

Un soir un jeune homme vint le voir .Il entra dans la salle à manger de la maison de retraite . Maximin était dans son coin seul et triste.Il se dirigea vers lui :

-Monsieur Maximin ! Vous me reconnaissez  ? J’étais un fan de votre manège !

Maximin l ‘observa :

-Oui je me souviens de toi , un petit garçon blondinet tu voulais toujours monter sur cette lionne rousse et tu pleurais quand quelqu’un avait pris la place !

-Oui Monsieur Maximin ! C’est moi Maxime !

-Oui je me souviens parce que tu t’appelais comme moi ! Ajouta le vieux monsieur, ému.

-Je suis content de vous voir .Vous allez bien ?

-Oh ! Dit évasivement Maximin

-Je suis journaliste  à la télé et je veux faire un reportage sur vous et tous les anciens métiers de mon quartier .

-A quoi bon ! C’est du passé !

-Je vous assure, que cela intéresse les anciens comme les jeunes.Vous faites partie de notre mémoire et vote manège enchanté fait partie de notre patrimoine local de nos racines , de notre enfance. Vous êtes en quelques sorte « notre grand père commun, » à tous les enfants du quartier !

Maximin sourit :

-Voulez -vous que nous allions voir votre manège ?

-Oh dans quel état il doit être ?

-J’ai l’intention de faire un reportage pour la télévision et d’écrire un livre sur le carrousel  .Dans l’interview ,vous parlerez de votre vie de celle du manège  et celle du quartier. Beaucoup vous reconnaîtront .Tous vous estimaient . Peut -être aurons-nous la chance d’avoir des sponsors qui prennent en charge la restauration de votre manège ?

-Mais je suis trop vieux pour le refaire tourner ! Et puis je n’ai plus mon orgue de barbarie !

– Pour l’orgue j’ai m petite idée . Pour le manège, nous pouvons le  restaurer ,l’automatiser, bref le remettre mécaniquement techniquement en état de marche . Si vous êtes fatigué , vous pourrez vous  faire aider par des apprentis des passionnés , des bénévoles qui ne demandent que cela  !

Maximin fut enchanté par cette proposition .

Le lendemain le journaliste vint prendre Maximin à sa pension .Il était chargé

-Ouvrez Maximin ouvrez le paquet !

L’homme maladroitement déchira le papier crépon qui enveloppait un objet assez volumineux.

-Oh ça ! Mon orgue mais comment avez vous pu le retrouver ? 

-J’avais fait quelques recherches avant de vous joindre et je m’étais adressé à l’antiquaire du  quartier. Voici six mois qu ‘on lui avait rapporté cet objet : votre orgue , alors je l’ai acheté.

-Acheté pour moi ? Mais il ne fallait pas !

Maximin était très ému.

​​​​​​​-Allons voir le carrousel ! Proposa le jeune homme.

– Ils se rendirent au hangar :

-Mon dieu dans quel état, tu es !

-Rassurez-vous , il va émouvoir bien des personnes : celles qui l’ont connu et celles qui ne le connaissent pas encore  !

Maxime interrogea longuement le vieux Monsieur, alors que deux de ses  collègues filmaient pour le journal télévisé du soir . Le vieil homme réussit  à transmettre sa passion et son amour pour son manège et pour les enfants.

L’émission rencontra un immense succès. Des gens de partout téléphonaient à la chaine pour organiser des cagnottes pour recueillir des dons. Les commerçants du quartier y participèrent ainsi que les autorités, la mairie et les associations et des personnalités artistes, et autres …

Tout cet argent permit de remettre en état et aux normes de sécurité, le vieux carrousel. On refit les peintures, on remplaça les animaux endommagés par d’autres .

Et puis quelques jours avant Noël le grand Carrousel de Maximin put à nouveau tourner et enchanter petits et grands.

On fit une ovation lorsque le premier tour débuta. Les télévisions , les radios étaient présentes ainsi que la presse et les photographes . On distribua à Maximin des cadeaux des friandises mais son plus beau cadeau fut la rencontre avec celui qui allait lui succéder : un jeune garçon apprenti qui se proposait de l’ assister et de reprendre le carrousel.

Le vieux monsieur put encore venir de temps en temps faire marcher son manège puis il s’éteignit tout doucement dans la chaleur de tous ceux qui l’avaient aidé et escorté dans ce pari fou : redonner vie au manège enchanté.

On dit que ce manège est toujours en marche dans un quartier de la capitale et que les enfants se bousculent toujours pour y monter .

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s