Henri Merle – Contes de la place des petits bonheurs – Jadis les escargots…

La gent colimaçonne évolue bien laborieusement, laissant derrière elle la trace d’une bave irisée couleurs d’arc-en-ciel…

-Pourquoi te demandes-tu, petit enfant ?

-O bambin babillant ! O poulain galopant dans les vertes prairies de l’innocence… O pervers polymorphe, pose un instant les ciseaux de mère-grand, avec lesquels tu t’apprêtais à couper les cornes de l’infortuné gastéropode, pose les donc, sale mioche ou tu prends une taloche ! Et viens ouïr cette histoire :

Il y a très très longtemps les poules avaient des dents, les roses pas d’épines, et les escargots, eux, étaient volants.

Ils possédaient de très belles grandes ailes très robustes, car transporter les escargots trés haut dans le ciel, défier la pesanteur, rude labeur.

L’inventeur de ces ailes jalousés des aigles, c’était le Bon Dieu des escargots, un Bon Dieu très bricoleur, mais aux idées bien arrêtées.

 » Escargots, avait-il décrété, le neuvième jour ( celui de la distribution des ailes à tous les animaux volants de Sa création), tu auras le droit de voler où bon te semble, jusqu’à l’arc-en-ciel si tu veux, Mais défense de se poser sur lui. « 

mais un joli matin de mai, deux petits escargots taillaient une bavette entre deux feuilles de laitue, et l’un dit à l’autre :

-Je parie que t’es pas cap de te poser sur l’arc-en-ciel, tu es bien trop poltron !

-Tu vas voir si je suis poltron ! Rétorqua le second escargot. Je vais sur l’heure m’y poser, sur l’arc-en-ciel…Tu m suis ?

Certains prétendent que c’est un escargot-fille qui suggéra cette idée à l’autre escargot-garçon. Et les deux escargots s’envolèrent haut, si haut, pour se poser sur l’arc-en-ciel.

Ah qu’il était beau l’arc-en-ciel du Bon Dieu des escargots !

Qu’il fut doux d’y atterrir, ou plutôt d’y arc-en-cielir pour faire du toboggan. Et que je te glisse, et que je te glisse, des heures et des heures, sept heures au moins, une par couleur, rien que du bonheur.

Soudain une voix tonna derrière eux, tonnant pour le vrai, parce qu’elle s’accompagnait d’éclairs et de roulements de tonnerre formidable.

-Mais que faites-vous, petits galopins, sauvageons ! Vous osez glisser sur l’arc-en-ciel du Bon Dieu !?

Celui qui parlait ainsi, c’était l’ange gardien de l’arc-en-ciel en appuyant sur le petit bouton de rose prévu à cet effet.

-Ange, bon ange, bel ange, supplièrent les deux escargots, ne nous dénonce pas au Bon Dieu des escargots…bon ange, bel ange, prends pitié…

-Bel, bel ange, c’est vite dit !voyez mes deux moignons déplumés, quand je pense que vous, vous avez des ailes haut de gamme.

Cet ange était en vérité jaloux, mesquin mais aussi calculateur :

 » si je dénonce les deux galopins, se dit-il, j’aurai certainement une promotion, je passe dans la catégorie archange, avec de nouvelles ailes toutes neuves…Et puis le devoir, c’est le devoir… »

Alors l’ange gardien de l’arc-en-ciel dénonça les deux escargots au Bon Dieu des Gastéropodes qui Se dit dans Sa tête de Bon Dieu :  » si je pardonne, mille et milli milliards d’escargots vont se croire tout permis, ils se poseront sur Mon arc-en-ciel, et ça va laisser des traces de bave sur les sept couleurs, il faudra que Je crée une ribambelle d’anges nettoyeurs d’arc-en-ciel. Je n’ai pas que ça à faire, Je suis entrain de créer l’Homme, et ça Me donne bien du souci.( A cette époque lointaine l’Humanité, qui s’avère ainsi descendre en quelque sorte de l’escargot, n’était pas encore au point comme aujourd’hui). Allez, bof, plus d’ailes pour les gastéropodes, il n’est pas d’autre solution. Et puis tant que J’y suis, les escargot dorénavant seront hermaphrodites, un seul sexe, comme ça les filles ne suggèreront plus aux garçons de faire des bêtises. Tout de même etre Dieu, quel infernal boulot ! « .

Et voici, petits enfants, pourquoi les escargots n’ont plus d’ailes et laissent en rampant ce sillage irisé reflétant les sept couleurs de l’arc-en-ciel.

Les gouttes de pluie ? Ce sont les larmes de remords versés parfois par l’ange gardien de l’arc-en-ciel, qui n’obtint jamais sa promotion : le Bon Dieu des escargots n’aime pas les mouchards.

Quand les colimaçons lèvent après la pluie leurs yeux cornus, c’est pour revoir l’arc-en-ciel toboggan. Cela leur flanque un coup de nostalgie sur la tabatière, vraiment.

Enfant, pose les ciseaux de mère-grand.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s