André Orphal – Rue des artistes

Ils rasent comme promis la rue
des artistes
au bar
on signe encore la pétition les bobos
bedonnants de vingt ans boivent
leur bibine
Tous les mondes disparaissent
seul le sphinx pose silencieusement
ses énigmes
La peinture tagguée sur les temples
de la poussière soufflée

négatif – entre les doigts
Tandis que barbus déserts arasent
décapitent colonnes Bouddhas Palmyre
blindés drones bombardent
les fondations du futur fondent
comme les glaçons
aux termes des hémisphères
Tout doit disparaître
Atlantes Amazones Alep Kobanê
Amazonie Orénoque
Ô Ruines et rives trahies
Vos secrets et souvenirs sont
dans l’œil impassible
dans le sourire narquois du Sphinx
l’ancienne rue des artistes
et ma mémoire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s