Annick du Patys -Le chemin.


La nature s’alanguit et se meurt
Tout doucement, sans faire de bruit,
Les feuilles tombent à contre-coeur
De leurs arbres déjà bien dégarnis.

Et je marche heureuse et fière,
De contempler ce paysage magnifique,
Que la nature est belle offerte à mes chimères,
De mes pensées rebelles et aveux oniriques.

Chemin de soleil ou de lune et surtout de confidence,
Je ne me lasserai jamais de toi,
Je n’ai pas souvenance ,
Un jour d’avoir oublié de penser à toi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s