Fables et fabulistes : Marie de France-De l’Arondelle et des Oiseax (FABLE XVIII)


De l’Arondelle et des Oiseax,
alias
De l’Aronde qui voleit les lins mengier
;


[a]Par viel essample escrit truvuns
Quant lin sema li primiers Huns
Don lin sema pur plus aveir.
L’Arunde fu de grant saveir,
Bien s’aparçut ke par le lin

Serunt Oisel mis à lur fin ;
Dou lin puet-hum la reiz lacier
Dunt-hum les puet tus damagier.
Tuz les Oisiaus fist assanbler,
Si lur vuleit conssel douner
K’il alassent les lins mengier,
K’il ne puissent fructéfier
Li plusur nel’ volrent fère,
[b]Au Seméour i vunt retraire
Le cunseil que lur ot duné.
Quant l’Arunde l’ot escuté,
De ses parens fist assamblée
Od les meillurs de sa lingnée
Si lor a ceste œvre cuntée
Cum il l’aveient encusée
E r’aviliée et desturbée[
[c]Puis s’est au Vilain acordée
K’en sa maisun sufri sun ni ;
Là furent si Oisel nurri,

Et el dona à sun lin pès,
Jà par nus d’eulz ne perdra mès.
Cil[8] fist dou lin engins plusurs
Dont prist Oissiax grans è menurs ;
Lors n’eussent pas cest mal éu
S’il eussent bun cunseil creu

MORALITÉ.
Ceste semblaunce est assez veire,
Kant Fols ne veut le Saige creire
[d]Ki bien li set cunseil duner,
E de sun mal le vieut garder ;
Se demages l’en deit venir
Lors est trop tart dou repentir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s