Contes et légendes de Noël : Révolte chez le père Noël – Carmen Montet

Il était une fois, un père Noël très affairé : il préparait les cadeaux pour la grande distribution du 24 décembre. Quand il prit Isabeau, une belle poupée en porcelaine avec une robe de collégienne bleumarine, et un béret rouge. Elle se mit à parler :

– Oh Père Noël, s’il te plaît, ne m’enferme pas dans cette boîte triste, laisse-moi en liberté !

– Mais, répondit le vieil homme étonné, je dois te remettre à la petite Orangette si gentille qui t’attend…

– Non, Père Noël, ajouta encore Isabeau la poupée, je refuse d’être un jouet : tous les enfants sont méchants, ils ne prennent pas soin de nous, ils nous cassent, nous jettent, nous oublient, ou nous détruisent…laisse-moi ma vie de poupée, j’ai le droit d’en profiter !

– Assez parlé, conclut le Père Noël en colère, je n’ai pas de temps à perdre avec les états d’âme d’une poupée. Je t’ai fabriquée pour que tu vives auprès d’Orangette et demain soir tu seras près d’elle !

Et sur ces mots sévères, le Père Noël prit la poupée, l’enveloppa de coton et la rangea dans sa boîte. Il fit un gros nœud rouge tout autour pour s’assurer que la poupée ne bougerait pas le couvercle en carton…

La nuit venue, tout était calme dans l’atelier de jouets. Barbe blanche et ses lutins étaient partis dormir. Isabeau réussit à se dégager du coton qui l’étouffait et atteignit le nœud, elle tira sur ce dernier, et, ainsi libéra le couvercle de la boîte où le Père Noël l’avait enfermée. Elle sortit ainsi de sa prison de carton.

–  Ohé, lança-t-elle, qui veut partir avec moi au Paradis des jouets, là où il n’y a pas d’enfants, rien que des jouets ?  là où nous aurons l’éternité pour nous amuser sans crainte des humains ! L’ours en peluche, Grimaud, lui répondit :

–  Où est ce paradis merveilleux dont tu parles et que personne ne connaît ?

–  Là-haut, vers la forêt, dans une grotte à quelques lieues d’ici. La nuit dernière la petite étoile filante est venue m’avertir du grand danger qui nous menaçait et m’a parlé de cet endroit.

– Je ne te crois pas, lui répondit le poupon Jules.

– Tu n’as qu’à rester ici si tu ne veux pas partir mais je t’aurai prévenu !

Je n’écouterai pas les mensonges d’une poupée prétentieuse !

-Isabeau n’est pas une menteuse ! intervint Milou le chat en soie.

-Oui ! nous partons avec toi, Isabeau ! approuvèrent tous les animaux en peluche, les poupées de chiffons et de laine, et aussi celle de porcelaine et les soldats de plomb et de bois.

Et c’est ainsi que dans la belle nuit étoilée de Noël tous les jouets s’enfuirent vers la forêt, abandonnant le Père Noël. Seul restait Poupon Jules.

La petite troupe arriva jusqu’à la grotte mystérieuse qui s’ouvrit devant eux et referma sitôt qu’ils l’eurent passée.

Là, au Paradis des Jouets, ils vécurent une longue vie, libres et heureux …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s