Carole Dailly -extrait du recueil  » Cela s’appelle l’espoir « 

La course comme l’enfance
Le souffle
La plante des pieds nus
Sur la terre odorante, ferme
Ferme, ouvre
Ouvre grand
Cadence
Rythme
Souffle
Sang
Aux roches, aux ciel, aux arbres
Au lichen et aux fleurs
Le regard tout ouvert et réel
Comme l’acte d’amour
Corps souple
Corps maison
Corps viaduc
Souffle
Sang
Cadence
Le vent et les animaux furtifs
Pour compagnons
La fraîcheur de l’herbe
La musique du vent dans les arbres
Langage premier
Á fleur de peau
Le corps léger
Comme le vent mon frère
La course comme l’enfance
Ne plus peser, surtout

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s