Les contes de l’Avent – Les lutins ensorcelés, Carmen Montet

Un très joli conte sorti de l’imaginaire des enfants de la classe de Carmen Montet, il y a quelques années l ( j’ai un peu brodé la fin, car il manquait quelques lignes sur mon livre, sans doute un signe de l’esprit de Noël ! )

Il était une fois, dans un château magnifique, un couple de lutins ensorcelés par un méchant magicien. Ils ne pouvaient plus avoir d’enfants à cause du vilain sort jeté par le sorcier !

Une nuit de Noël, Sylver, un des lutins, sortit, seul et triste dans la nuit étoilée. Sur son chemin il trouva une merveilleuse rose de Noël. Tout en l’observant, le lutin se mit à lui conter sa peine :

– Belle Rose de Noël, sais-tu que je ne peux avoir d’enfant, à cause du méchant magicien qui nous a maudits pour n’avoir pas voulu détruire le château de la fée Gloria, où moi et les miens vivons depuis lors.

La fée Gloria s’en était allée vivre dans la constellation d’Astra, vivre auprès du Prince des étoiles. Gloria était une bonne fée, douce et gentille ; le mauvais magicien la haïssait car elle défaisait ses terribles sortilèges.

– Belle Rose, belle nuit de Noël, faites quelque chose pour nous les lutins !

Comme il disait cela, dans le ciel, passa à vive allure le traîneau du Père Noël : un paquet tomba de la hotte aux pieds de Sylver qui le ramassa et l’ouvrit : c’était un cadeau pour un nouveau-né : une grenouillère, des chaussons et des chaussettes. Pensif et tristounet, le lutin rentra chez lui rejoindre sa femme et lui montra le cadeau tombé du ciel.

– Regarde, Selva ! Ce cadeau est tombé du ciel à mes pieds !

Et tous deux parlèrent longtemps, il parlèrent des enfants qu’ils auraient aimé avoir mais n’auraient jamais à cause du sort du magicien. Au moment de se coucher, Selva installa la rose au pied de son lit et dit à son mari :

– Maintenant il faut attendre, car je crois aux signes du Destin : cette rose de Noël et ce cadeau du ciel ne sont pas arrivés par hasard. Ils veulent dire qu’il ne faut pas perdre espoir tout simplement.

Les lutins allèrent ensuite se coucher. Quelque temps plus tard Selva tomba enceinte ainsi que toutes les femmes des lutins à qui le vilain sorcier avait aussi jeté un sort d’infertilité, et, au Noël suivant, une kyrielle de bébés lutins ouvraient avec joie leurs cadeaux de Noël sous les yeux émerveillés de leurs parents…

le sortilège du Magicien était à tout jamais effacé grâce à la magie de Noël !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s