L’AFFICHE ~ Elisa Ka


L’orage avait éclaté brusquement et aveuglé le soleil par une marée de nuages noirs. La pluie, violente et soudaine, avait pris les passants au dépourvu.
Certains s’abritaient sous des porches, d’autres tentaient de se protéger avec leur journal, leur sac à main ou encore leur mallette de bureau qu’ils maintenaient en dérisoires protections au dessus de leur tête. Les plus sportifs couraient sous ce déluge comme si le fait d’accélérer le pas pouvait leur éviter d’être trempés jusqu’aux os. D’autres enfin, comme lui, avaient choisi de s’abriter dans le premier lieu public rencontré.
Il trouva donc refuge dans un modeste troquet coincé entre deux immeubles aux façades délabrées.
Dès qu’il eut franchi le pas de la porte, il sentit confusément qu’il avait mis les pieds dans un endroit singulier, hors du temps. Une lumière blafarde éclairait chichement une salle minuscule. Un porte-manteau fatigué, quatre tables bancales défiant la gravité et un vieux comptoir de zinc en constituaient le rudimentaire mobilier. D’anciennes affiches bordées de noir décoraient des murs jaunis par le tabac.
Le patron, enfoui dans la poussière de ses bouteilles, essuyait machinalement un verre avec un torchon plus que douteux. Le silence était si épais qu’on pouvait entendre le frottement humide du tissu sur les parois du verre.
Appuyé au comptoir, l’unique client semblait complètement absorbé par les vestiges d’une mousse qui se liquéfiait dans sa chope vidée d’un trait.
Aucun des deux individus ne semblait avoir remarqué sa présence. Complètement détrempé et pataugeant dans la mare qui s’étalait à ses pieds, il se tenait toujours sur le seuil, incapable de bouger ou d’articuler un seul mot. Un malaise indéfinissable l’avait complètement paralysé car ce sinistre endroit lui était apparu comme totalement exclu du monde.
C’est alors qu’une voix éraillée déchira le silence ; le client solitaire cracha soudain ces mots comme pour s’en délivrer :

« Est-il possible que quelqu’un ait enduré pire souffrance que la mienne ? »
La voix qui venait de proférer ces paroles énigmatiques n’était pourvue d’aucune consonnance humaine, mais semblait plutôt appartenir à une entité provenant d’un autre univers, une autre dimension du réel.
Il était pétrifié par une terreur annihilant toute volonté d’action. Ces mots le frappèrent avec une telle puissance qu’une panique incontrôlable commença à l’envahir et, jusqu’à ce jour encore, il ne sait pas comment il parvint à recouvrer tous ses sens.
D’un seul bond, il tourna les talons et s’enfuit sans demander son reste. Il s’éloigna en courant jusqu’à en perdre le souffle, avec la douloureuse sensation d’avoir avalé un énorme morceau de coton filandreux. C’est alors qu’il ne put retenir ce cri qui sortit de ses entrailles et vidant d’un seul coup ses poumons :

« Cette voix-là, je n’pourrai jamais l’oublier ! »

L’orage s’épuisait peu à peu mais le ciel demeurait toujours désespérément noir. Quelques passants, surpris par ce cri de détresse, s’arrêtèrent un instant, le considérant de cet oeil narquois que l’on jette aux pauvres hères qui soliloquent en arpentant sans but les rues des grandes cités.
Le fait d’avoir ainsi été remarqué par ces passants nocturnes ne le gêna aucunement. Au contraire, cela eut l’effet de le ramener à la vie, après son incroyable incursion dans un monde parallèle.
La pluie avait cessé à présent et, juste avant que les lueurs de la ville ne soient absorbées par l’épaisse brume s’élevant de la mer, il se retourna pour fixer une dernière fois dans sa mémoire l’existence de ce bar improbable.
Mais il ne vit rien d’autre, coincé entre les deux immeubles vétustes, qu’un mur totalement décrépit et placardé en son milieu d’une grande affiche noire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s