AU POETE – POUCHKINE

N’accorde aucun prix à l’engouement populaire,

des louanges le Bruit ne dure qu’un moment.

Entends l’avis du sot, le froid ricanement

des gens ; reste serein face au public grégaire.

Le poète est un roi. Va, libre et solitaire,

vers ce qui, pour l’esprit, est enrichissement.

Trie, affine les fruits de ton recueillement

sans chercher pour ton œuvre un quelconque salaire.

Elle est ta récompense et son seul juge est toi

qui peux mieux que tout autre en estimer l’aloi.

Répond-elle à ton goût de rigoureux artiste ?

Alors laisse la foule, à son gré la railler

et cracher sur l’autel où la Muse t’assiste,

jeu puéril qui fait ta lampe vaciller.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s