Geneviève Catta -Un jour, j’ai perdu ta voix

Un jour, j’ai perdu ta voix.
Elle a cessé d’habiter mes oreilles.
Le soir, le ciel déroule son couchant — jaune, mauve, rose.
Perd-il ses lueurs parfois, et après quel temps? Averses? Labours? Arrivées? Départs? Est-ce pareil pour les choses de la vie?
Tes formes apprises sont gravées dans mes rétines.
Elles projettent de longues ombres.
À droite, des joncs par brassées; à gauche, le ruisseau d’un été.
Cœur de patience.
Loin devant jusqu’au prochain détour.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s