Claude Sterlin Rozema – le temps passe dans nos ruelles

le temps passe

dans nos ruelles

avec de cruels mots vagabonds

*

aube après aube

passage après passage

de survie en survie

tout s’accroche

à un doute constant

sur une île

en flagrant déni de vies

cherchant la Vague Génitrice

Haïti – plage

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s