Les haïkus de Carole Dailly

La blondeur des blés

Se souvenir de la course

Sentir, comme on chante

La belle lumière

Avant la nuit, douce escorte

Errer en rêveur

Tardive la nuit

Ouvrir grand au ciel d’étoiles

Et ne pas dormir

Instant de silence

Dans le ciel, le vent et l’arbre

Compagnons fidèles

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s