Nathalie Denis

entre les feuillages
les ombres se noient
dans la poussière d’été
se dénude l’instant
dans les bras de la lumière
leurs souffles purs
effleurant août
d’une fraîcheur ailée
craquent les silences
ici et là
à pas feutrés
l’invisible se révèle
des larmes de sang
se dessinent sur le sol
lustrales
médiatrices
prophétiques

Photo : Darmë – Flickr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s