Edea Nanaki – Oraisons

Ils ont enterré ma lumière,
M’ont amenée plus bas que terre.
Atterrée par des vents austères,
Me repoussant vers mon hier.
Le marasme est à la lisière
Et se voudrait mon locataire,
Mais profondément mon éther
Me pousse à ouvrir les paupières.
J’ai étouffé mes sentiments,
Broyée par le ressentiment
De mon âme en pleine affliction.
Leur perfidie a eu raison
De moi, mais pour mes convictions,
Je reprendrai mes oraisons.
 » Ombre et lumière « 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s