Almanach Vermot 1921 – Les petits métiers d’hier

L’employé gaffeur

Dans les grands magasins de nouveautés de New-York, il existe une espèce d’employé qu’on ne trouve pas en France. C’est le  » mistake-clerc « , l’employé gaffeur, le bouc émissaire.

Dès qu’une cliente a à se plaindre de quoi que ce soit, on la conduit auprès d’un chef de rayon qui commence par lui laisser exhaler son indignation, indignation qui porte parfois sur une ficelle mal nouée. Puis, il fait venir le Mistake-clerc, qui arrive en flageolant sur ses jambes.

– Monsieur, lui dit le chef, en voilà assez ! Vous commettez gaffe sur gaffe, mais celle-ci dépasse toute mesure. Passez à la caisse, vous êtes renvoyé !

Le malheureux balbutie quelques mots d’excuse, jette un regard suppliant à la dame et s’en va.

Neuf fois sur dix la colère de la dame tombe immédiatement. Bien plus, elle intercède auprès du chef de rayon et le supplie de ne pas sévir contre l’employé. Le responsable ne demande pas mieux que de céder à  » une prière aussi généreuse que gracieuse « . On rappelle le  » gaffeur « qui se confond en remerciements et la cliente quitte le magasin avec la douce illusion d’accomplir une bonne oeuvre. Elle reviendra.

Pendant ce temps, le mistake-clerc continue son métier de paratonnerre de la mauvaise humeur en recevant les vertes réprimandes d’un autre chef de rayon. Il gagne largement sa vie ; il ne doit pas avoir l’air cossu, et, si, par bonheur, il a un physique ingrat, sa fortune est assurée.

Claude Marsey – septembre 1939

Photo de Pixabay

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s