Catherine Boissaye – Taupe de l’ombre

Le lys s’est effondré
Par l’aigle foudroyé
Dans les champs bouleversés
Le sang s’est déversé
L’horizon s’est embrasé
Aux couleurs du phénix
Dans un long phrasé
De teintes prolixes
Les nuages s’amoncellent
dans le ciel assombri
éclatent en étincelles
et s’effritent en débris
c’est l’heure crépusculaire
l’entre chien et loup
quand s’enflamme la terre
en un dernier remous
Les tambours se sont tus
Le tocsin s’est rompu
Les coquelicots ont bu
Le sang des vaincus
Je suis l’ombre
de ces ombres
elles me pressent
elles me serrent
certaines bienveillantes
d’autres oppressantes
je vis dans la pénombre
taupe des décombres
creusant mes galeries
jusqu’à l’infini
jamais de repos
toujours au boulot
Dans un monde en conflits
De jour comme de nuit

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s