Vincent Germani – Guerre !

Occire la baleine, prendre la forteresse, se saouler au vin du seigneur vaincu, chanter cette belle bataille et partant pour les Amériques, se jurer de piller l’or des sauvages : il fut peut-être des temps où la guerre avait bonne presse, bonne allure. Le dieu Mars était désir. Aux soldats, troupiers ou marins, il promettait l’aventure, la femme et le gain. L’homme se réalisait dans la conquête impitoyable. À la lumière du cœur, je le nommerai plutôt primate. Sont apparus, un jour, le gaz des tranchées, le Ziklon B des camps, la bombe terminale, la bactérie à répandre. La guerre a perdu sa mine glorieuse, sa cape brillante a fondu en oripeaux, son firmament rouge a laissé place à une atroce nuit. Il n’y a rien à tirer de la répétition de l’horreur.

« Prier », de Najah Albukai, dessiné en 2015 et gravé en 2019.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s