Christine Chaudet -Insulaires (extrait)

Je savais que nul bateau

ne quitterait jamais l’Ile,

Qu’elle ne serait jamais qu’une escale,

seulement une épave, elle aussi,

oubliée et retenant de toutes ses forces la mémoire

de ceux qui y abordaient.

Je la baptisais

Sous-France des Tropiques.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s