Jacqueline Fischer – En ce temps-là, j’écrivais douce

En ce temps-là, j’écrivais douce
pas doucement ni en douceur
ni même subrepticement
douce je m’inscrivais
dans un livre ignoré, piétiné
ces feuilles n’étaient pas lisibles
mais j’aimais trop la terre, le sang et les cailloux
j’aimais trop le bruit des portes claquées
le hoquet hachuré des mots dégobillés
j’aimais trop les brisures que je léchais en douce
mon mauvais caractère ici s’est imprimé.
(in angles de vie)

Art numérique – Jacqueline Fischer

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s