Marie Vigneron – Comme un pas de danse

Peut-on ignorer
la puissance du plaisir
L’accouplement fou
de l’espoir et du désir
et la tendresse légère
comme un pas de danse
le baiser à peine ébauché
sur les lèvres
reste silencieux
l’eau coule
et s’accroche aux larmes
comme une pièce d’or
un morceau de soleil
s’est épris des hommes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s