La feuille rouge…Gilles Compagnon

Dessin de Josef Kunstmann

La feuille rouge
qui se déplie à tes lèvres

est un peu d’écorce détachée
de l’arbre
auquel je m’agrippe.

De deux mains fortes,
j’entoure ton tronc velouté épris

Et de mon tronc de main-piment

je parcours les entours
de ta peau lierre.

J’ai le doigt agile et gourmand ;
s’il plisse aussi
où tu ne t’y attends pas.

Laisse lui faire le tour pointé
d’un sein
et tend l’autre à ma bouche.

La vie à deux n’est-elle pas
vraiment
un battement d’organes ?

Un piano élégant
de touches blanches et noires

fait ses gammes
sur ton corps
désordonné, désaccordé
qui se tend tout cru au mien…

Dans l’instant
d’écrêture…
Dans le moment
où le mal faiblit,
où le mâle se calme,

que j’aime ta crispation d’amour vert,

ce cri qui monte d’entre les fous rires,

d’entre l’ultime expiration
qui te rend muette,

dans un souffle manquant
et qui pince une cuisse
le temps
d’avoir en toi
une dernière soif

une faim suspendue…

en sa roulade-braise
arrêtée, net !..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s