Gilles Compagnon – Corps de rêve

recherché souhait
au cœur
d’une pensée

de lui, de soi,
noire !…

Un dos,
dièse qui s’étire
à portée
d’effort
dans la musique
du soir…

Do fa sol si ré
se jouent du bras
le corps tendu
sur le tatami
des muscles
acérés
qu’on claque
au vent du paraître
à cent balles
le mois,

l’envolée
du bourrelet
d’été
au plus serré
du maillot
deux pièces
compressé…

Le corps
d’un rêve
se donne
toujours
pleine
aisance

au coeur
de sa juste
épure,

au moins
en pensée…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s