Jo Cassen -Lorsque tu ne sais plus (Cyclanelle alexandrine)

Lorsque tu ne sais plus regarder l’avenir,
Parce que l’épilogue a le goût du vertige,
Tu refais le voyage et scrutes le vestige,
Ce chemin de l’hier que tu voulais bannir.
Parce que l’épilogue a le goût du vertige,
Tu refuses de voir, cherches l’essentiel
Dans un conte badin et superficiel ;
Abandonne le vent qui souffle sans prestige.
Tu refais le voyage et scrutes le vestige,
Tu marches dans tes pas, tu respires l’odeur,
Le ressenti te ment, il floute la laideur,
Car tu ne veux y croire au nœud de ton litige.
Ce chemin de l’hier que tu voulais bannir,
Abandonne le vent qui souffle sans prestige,
Car tu ne veux y croire au nœud de ton litige,
Lorsque tu ne sais plus regarder l’avenir.

« Contemplations Muettes »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s