D’un souffle acrostiche -HZL poésie

Et le vent fait battre le cœur d’un
Oiseau de fer aux ailes démesurées.
L’ouvrage aux habits de colosse
Imite les murmures d’un moulin silencieux
Et son pied ancré en notre peau terrestre
Ne creuse pas la tombe des générations prochaines.
Naïade de nos plaines immenses
Elle écoute les ondes de notre futur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s