Carnet de transit-Carole Dailly – Les avions de papier

Sur le parking d’une HLM où je viens voir un ami, j’aperçois un avion en papier, coincé sous une roue de voiture. Je le ramasse, le déplie machinalement et découvre ces mots : « Comme il fait beau aujourd’hui ». Je lève les yeux sur la tour ; personne aux balcons…J’arpente les allées et contourne les bosquets. J’en trouve un autre dans les branches d’un sapin. Je réussis à l’attraper et je l’ouvre, la même et soudaine impatience aux doigts que s’il s’agissait d’une lettre écrite rien que pour moi… La même écriture raconte cette fois : « Quand il pleut, je pense à la chanson de Nougaro « La pluie … La pluie fait des claquettes … »

A quelques troènes de là, un autre : « Et vous, quand il pleut, vous pensez à quelle chanson ? »

Je relève le nez. Toujours personne de visible mais peut-être bien caché derrière un rideau, à observer en riant son petit tour réussi ?

Je suis en retard chez mon ami. Je cours tout lui raconter à l’interphone et il me répond : « Oui, monte !»

Lorsque j’entre, il sourit lui aussi et m’éclaire : c’est un vieil homme de l’immeuble qui fait ces avions, il reçoit tous les dimanches ses petits-enfants. Comme il est trop vieux pour jouer au foot, il les amuse comme il peut.

La première fois qu’il en a eu l’idée, les autres enfants de l’immeuble n’y ont pas résisté- et les plus grands non plus : très vite s’envolèrent des multitudes d’avions de papier de tous les balcons (ou presque !).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s