» Les trois chameaux de Suliman « , un conte de Carmen Montet

Suliman vivait dans ce grand désert d’Afrique du Nord. Il était nomade et voyageait avec sa famille et la caravane. Son père possédait vingt dromadaires et trois chameaux. Sa grand-mère lui avait raconté comment était né ce désert et l’avarice d’une princesse qui désirait trouver un trésor …

Suliman regardait le ciel magnifique du désert. C’était une nuit de mai fraiche mais agréable. Soudain une étoile filante traversa la voie lactée et se posa tout près des chameaux. Suliman se leva aussitôt et courut vers eux. Etrangement, les chameaux se mirent à parler le langage des humains :

-Qui t’a fait venir si vite ? Demanda le plus ancien des chameaux au jeune garçon

Celui-ci, surpris, répliqua  :

-Qui t’a donné la parole humaine ?

-Nous avons toujours parlé votre langage ! Ajouta le vieux chameau

-Et pourquoi ne pas nous l’avoir fait savoir ? 

-Pour avoir notre tranquillité ! Répliqua le second chameau.

-Et pour que vous ne connaissiez pas nos secrets ! Conclut le troisième.

-Et quels secrets vouliez-vous nous cacher ? Rétorque Suliman de plus en plus intrigué.

-Les secrets du désert et de la sagesse des plaines de sables !

Suliman piqué par la curiosité proposa :

-J’aimerais connaître ces secrets et la sagesse des plaines de sable. En échange, je vous apporterai vos aliments préférés et je vous épargnerai des charges lourdes.

-Ce n’est pas assez ! Dit le plus vieux ! Je veux être dispensé de toutes charges !

-Soit ! Dit Suliman. Je dirai à mon père que tu es malade et fragile !

-Moi je veux qu’on nous mette toujours à l’ombre dans les oasis et qu’on nous frotte le dos chaque soir ! Dit le second chameau

-Soit ! Accordé ! Dit encore Suliman.

-Quant à moi, je souhaite qu’on ne nous attache plus lorsque nous arrivons  à une destination ;  qu’on nous rafraichisse et qu’on nous laisse nous reposer à l’écart des hommes et des autres dromadaires pour passer la nuit tranquillement.

-Je vous promets qu’on vous laissera libres de vos mouvements et que personne ne viendra troubler votre sommeil !

Alors le plus vieux des chameaux raconta la légende.

« Il y a longtemps, le désert était une région verdoyante fertile et luxuriante avec de nombreuses rivières, lacs, forets. Tous les animaux y vivaient en harmonie. Au fond d’un grand lac, une étoile était tombée une nuit avec une pluie d’or et de pierres précieuses. Le roi du pays n’avait jamais voulu qu’on sonde le lac pour en retirer l’or et les pierres… Il pensait que cela porterait malheur à son peuple. À sa mort, sa fille, une princesse très orgueilleuse, capricieuse et coquette, voulut devenir la reine la plus puissante du continent. Elle fit de nombreuses guerres et comme ces guerres nécessitaient beaucoup d’argent, elle voulut retirer du fond du lac le trésor. Ne sachant comment s’y prendre pour vider le lac, elle fit venir une armée de dromadaires qui burent toute l’eau du lac. Mais la fille ne trouva au fond qu’un bâton… Il se leva alors une terrible tempête de sable qui recouvrit tout… Les dromadaires pris dans les sables mouvants, la panse remplie d’eau, étaient bien trop lourds pour bouger et se déplacer… Alors, ils s’enfoncèrent dans le sable et devinrent les dunes. La tempête dura des mois et des mois et les rivières furent asséchées tout comme les lacs et le sources s’enfoncèrent au fond de la terre pour échapper à ce cataclysme. » Voilà l’origine du désert et l’origine des dunes  !

-Mais quelle est la sagesse des plaines de sable  ? Questionna encore Sulivan

-C’est que l’eau est notre plus grand trésor sur terre ! Trésor commun fragile à protéger, à partager, à économiser !

Nous ne sommes que grain de sable sur cette planète, comparé à l’univers et à son étendue. Nous pouvons être dispersés très vite d’un coup de vent et disparaître. Il faut apprendre à respecter les richesses que la terre nous offre comme l’eau … L’homme n’est pas raisonnable et maltraite la nature et les animaux. La sagesse consiste à prendre soin de toute chose : végétale, minérale, animal et cela est votre devoir d’être humain !!

-Merci pour ce beau message ! Je ne manquerai pas de le transmettre autour de moi. Bonne nuit !

-Eh ! Dit le plus jeune. Tu dois tenir ta promesse : nous soulager et nous détacher car la corde nous blesse.

-Bien sûr ! Approuva Suliman.

Et il détacha les chameaux et partit se coucher.

Le lendemain matin, les trois chameaux avaient disparu. Suliman se garda bien de dire que c’était lui qui les avait détachés….

On dit que les animaux vécurent libres et heureux tout près d’une oasis inaccessible à l’homme et qu’à leur mort, ils se transformèrent en dunes.

D’après une légende du désert 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s