Haïkus japonais : Yosa Buson (1716 – 1783)

Lune froide
Le gravier crisse
Sous la chaussure

Cheminant par la vaste lande
Les hauts nuages
Pèsent sur moi

Quand les pruniers fleurissent
Les belles du bordel
Achètent des ceintures

Soir de printemps
De bougie en bougie
La flamme se transmet

Pour chanter
Le rossignol
N’ouvre qu’un petit bec

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s