LAID LAID LAID ET LAID À LA FOIS – Henri baron

Pourquoi faut-il
des têtes à taloche
des enfants moches
Même Gavroche ne l’était pas
il serait tellement plus facile de grandir
avec un corps
un cœur
purs
On ne choisit pas d’être laid
on l’est
on l’endure
Avec la solitude de ce corps qui nous colle à l’âme
on jardine à l’intérieur
on sème
on arrose
on embellit
On enjolive aussi parce que ce corps noircit aussi les yeux des autres
leur regard nous transperce
nous blesse
piétine ce que nous sommes
arrache nos dernières fleurs bleues
Il faut alors apprendre à vivre
avec les orties
le liseron
les ronces
les chardons
le mouron
À trop s’écorcher
on dresse un mur autour de son jardin
on y coule des tessons vert bouteille
on endurcit son cœur au béton gris
armé
sombre
Il faut alors apprendre à vivre
sans amour
sans tendresse
comment aimer quand on ne s’aime soi-même
quand la pupille de l’autre nous renvoie notre propre laideur
On chante avec le Grand Jacques
« Être une heure une heure seulement
Être une heure une heure quelquefois
Être une heure rien qu’une heure durant
Beau beau beau et con à la fois »
Mais on n’est jamais que laid laid laid et laid à la fois
Parfois on se prend à rêver
à se rêver
autrement
prince à dulcinée
lifté
photoshopé
on se ment
on rêve d’étoiles
mais on n’a que paillettes
qui collent à l’Auguste
Reste qu’un jour
peut-être
qui sait
les yeux diront le beau
le sang d’encre sur le papier anoblira la laideur
l’amour mat éloignera l’échec
le doute redoutera le vrai
qui sait
peut-être
un jour

Autobiopoèmes, Enfances

Éphémère by Nausicaa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s