La traversée de l’éternité -Taya Léon


D’un va-et-vient survolent dans le vent
fugaces aventures et fervents sentiments
pris en otage par le néfaste orage
malmenée l’herbe en disgrâce
perd son arôme intemporel
sous la lumière foudroyante de la métamorphose
Vêtu d’un costume de mariage
l’homme rentre dans la paroisse.
La vie lui sourit sur les vagues de ses larmes
scintillement limpide dans la mémoire d’une âme
Sur ses notes s’amplifie la fragilité de la symphonie
la nostalgie enracinée dans les couloirs du temps
Scellés sédiments mystérieux secrets
clé de l’infinité
Sur son parcours l’artiste aux yeux mi-clos et triste
taille le cœur d’améthyste
À l’oubli, se confine l’enfer de son monde solitaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s