Dans l’enfer de la guerre, elle danse – Parme Ceriset

« Dans l’enfer de la guerre, elle danse,
sous les pluies de lave, elle chante,
personne ne saura jamais rien de son pacte avec l’espérance.
(…)
Elle danse encore
dans les rues où fourmillaient jadis
le sens de la fête,
la joie scintillante, en pépites,
la liberté des êtres…
Elle danse encore
dans les villes tombées aux mains des bourreaux
de la guerre perpétuelle
qui renaît à chaque ère nouvelle
sous de nouveaux drapeaux…
Elle entend au loin
les poèmes et chansons,
complaintes des prisons
sous la dynamite…
Et elle tremble dans la ville sombre
contre l’amant qui éclaire les décombres,
et s’accroche à l’envie de croire
qu’elle le reverra ce soir. »
in « Danse ardente » (collection Les Chants de Jane, éditions Grenier Jane Tony, mai 2022)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s