Ahmed El Fazazi

Je croyais la voir devant moi
mais elle était en moi
je peux être dans la réalité
là où se trouve mon rêve
comme une dune errante
comme l’océan cherchant son rivage
je suis envahi de chagrin et de joie
par peur de perdre mon rêve
et de la perdre aussi.
Quand je suis avec moi-même
tout seul
Je veux qu’elle me dise des mots
juste pour me réveiller de mon sommeil
et après son départ
il ne restera en moi
que du vin à profusion
dans mes jarres de silence…

Photo : ruelle à Chaouen


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s