Eric Costan – Le marais

Au marais, le vent
Prince
échappe aux mots-clés
Chaque essence compose
vibre
s’incline à sa levée
Et je passe
tête droite
main immense sur la courbure des roseaux
autant de cordes à la caisse claire de mes pas
au pincement de mes doigts
Au glissement du vent
là-bas
sur l’infini de vos gris
il restera peut-être
ce feutre emporté

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s