Denise Rigot-Dessirier

De grands bateaux rouillés
voguent dans les rêves
sous une lune de guimauve.
Il y avait toujours dans l’alcôve
un bouquet qu’on avait oublié.
Le volet bat au vent
des peupliers,
volet bleu d’une absence lointaine.
Il est tard pour prier
dans le vent blême.
Nos yeux se sont fermés.
Un grand vin du Rhin,
un vin noir
qui nous fera l’aumône
nous aura consolés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s