HZL poésies – Recueil  » Sous les jupes d’Aphrodite « 

 » Bonjour à toutes et à tous, afin d’honorer la sortie numérique et bientôt papier de mon recueil érotique  » sous la jupe d’aphrodite » je vous offre la première de couverture et quelques gourmandises à déguster sans modération «  HZL

La poésie érotique, un genre pas toujours facile mais HZL a su trouver les mots justes pour ses  » délicieuses gourmandises  » que je vous propose de découvrir à travers trois poèmes extraits de son recueil.

CONFESSE

J’ai voulu gravir la plus belle des dunes,
Voir si la vague de tes hanches s’absout,
A la caresse symphonique de ma plume,
Au souffle ardent, à ma langue serpentine.

Il y en a eu des balbutiements au passage de mes mains,
Sur ta peau blanche de déesse, sur tes désirs prolixes,
Il y en a eu de l’imagination au bout de mes doigts,
Quand ton bassin se souleva, de l’ombre à la lumière.

J’ai voulu happer le plus beau des monts,
Dont le sommet se dressait au bord de mes lèvres,
Tel un phare guidant ma bouche en déroute,
Aspirant à la volupté, l’ultime extase.

Il y en a eu des murmures à l’approche de mon regard,
Des embruns de plaisir, des saveurs salines en ton écrin,
Je ne suis pas fesse-mathieu dans mes désirs indomptables,
Mais je préfère le dessin de ta cambrure pour me con-fesser.

BEAUTIFULL AGONY

C’est la petite mort,
A l’émanation de nos jouissances,
S’entremêlent nos corps,
En ces fluides d’abondances.

LA JEUNE LECTRICE

Poupée gracile, tu te dissimules au fond du lit,
Dans des lectures interdites,
D’amants aimants l’amour par soumission,
De femmes complaisantes, épuisées de dominations.

Et toi jeune lectrice, tu imagines,
Ces doigts fébriles, au pied du mont de Vénus,
Ils sont tiens, aux mots languissants du désir,
Se perdant subitement dans l’antre humide.

Les personnages en deviennent réels,
Des ombres fantomatiques, penchées sur ton corps,
Il se dégage de ton âme, une chaleur irradiante,
Le feu sacré au bout des phalanges.

Ferme les yeux car les plaisirs émanent de ton imagination,
Ces caresses dociles abreuvent ta solitude,
Jeune lectrice ouvre les persiennes de l’euphorie,
La main moite, les yeux mi-clos, tu viens de jouir dans l’abandon.

Pour acheter le recueil RV sur le page de l’auteur : https://www.facebook.com/haziel.haziel.18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s