Claude Sterlin Rozema

me voici
hors de moi
pour une énième année
en amant de cauchemars
à la croisée des gouffres d’éther

ne me renvoyant que des ombres

quelque chose
clopine toujours dans ma tête
pour laisser de sales empreintes

dans mes maux

rien que de la pagaille
sous le sabot fendu de la nuit

et me voici
dans mille et une choses

qui me gangrènent

et me voici
en être de rosée et de vent
pour offrir une libation

et me voilà
qui s’atrophie
et
se revivifie

La Flore magnifique d’Haïti

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s