La voix des poètes – non à la guerre Catherine Boissaye – Il y a…

Il y a…
Il y a des pleurs dans les jours heureux
Une guerre frappe ! A notre porte,
Les cris de tous ces malheureux
Que chaque jour les bombes emportent.
Il y a des rires dans les douleurs.
Qu’un enfant frappe à la porte,
C’est toute une symphonie de douceur
Qui de tendresse nous transporte.
Il y a des lueurs dans les ténèbres
Quand l’espoir frappe à la porte
Et éclaire cet univers funèbre
Qui encrassait encore nos mémoires.
Oh ! Laissons nos amours mortes
Ne devenir que défuntes histoires.

ukr

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s