Le mercredi des enfants : On se détend, on est en Juin !

Salut mes petits loups…Et voilà encore deux semaines et demie et vive les vacances ! Alors tenez-le coup encore quelques jours et après soleil, plage et repos ! En attendant le 7 juillet, voici de quoi vous détendre et vous amuser avec les copains(ines) ou la famille ! Régalez-vous, ce n’est rien que pour vous !

La ronde des comptines

Le coquillage

La mer a déposé
Sur le rivage
Un joli coquillage,
La mer a déposé
Un coquillage
Aux reflets bleutés.
– Il chante les flots bleus
Sur le rivage
Ce joli coquillage,
Il chante les flots bleus
Et le grand vent pour tous ceux
Qui rêvent à eux.
– C’est moi qui l’ai trouvé
Sur le rivage
Ce joli coquillage,
C’est moi qui l’ai trouvé
Devinez donc où il est
Car je l’ai caché.

Si tu aimes le soleil
Si tu aimes le soleil, frappe des mains (clap-clap)
Si tu aimes le soleil, frappe des mains (clap-clap)
Si tu aimes le soleil, le printemps qui se réveille
Si tu aimes le soleil, frappe des mains (clap-clap)

Si tu aimes le soleil, tape des pieds (boum-boum)
Si tu aimes le soleil, tape des pieds (boum-boum)
Si tu aimes le soleil, le printemps qui se réveille
Si tu aimes le soleil, tape des pieds (boum-boum)

Si tu aimes le soleil, claque des doigts (clac-clac)…

Si tu aimes le soleil, fais le train (tchou-tchou)…

Si tu aimes le soleil, crie hourra ! (hou-rra !)…

Si tu aimes le soleil, fait la poule (cot-cot)…

Si tu aimes le soleil, saute sur place (hop-hop)…

Si tu aimes le soleil, crie bonjour ! (bon-jour !)…

Si tu pars en voyage

Si tu pars, si tu pars en voyage
Dans le vent dans le vent de l’été
En faisant, en faisant tes bagages
N’oublie pas, n’oublie pas d’emporter
Tes chaussettes et tes souliers
Range les bien dans ta valise

Ton blue jean et ton ciré
Ta chemise et ton tricot
Tes culottes et ton maillot
Ton foulard et ton chapeau
Ton savon, ta brosse à dents
Ton ballon, ton cerf volant

Soleil, montre le bout de ton nez,
L’hiver doit s’en aller avec son froid glace,
Quitte ton édredon, tes paquets de coton,
Soleil, chauffe nous de tes rayons.

Sous les grelots ou les vagues du vent,
Les fleurs dorment encore sous le gazon,
Soleil, quand accompliras-tu ta mission ? Essuie le ciel, que naissent le Printemps.

Le bois des arbres moussu reverdira,
Les oiseaux en concerts donneront grande joie,
Il est temps de te voir caresser jonquilles et Camélias.
Et d’ouvrir sa fenêtre pour voir tes ébats.

Soleil, soleil, fasse que le jour soit long,
Ne te montre pas timide, paraît à horizon,
Au temps des fleurs, le monde est un enfant Émerveillé de recevoir un présent.

Charades à tous les étages

1-Mon premier est un obstacle de course.

Mon deuxième se noue autour de la taille.

Mon tout est un pays.

2-Mon premier est une négation.

Mon deuxième est un rongeur.

Mon troisième est là où on marche.

Mon tout protège du soleil.

3-Mon premier est l’endroit où l’on met les

bateaux.

Mon deuxième est la deuxième personne du

singulier.

Mon troisième est une maladie de la peau.

Mon tout est un pays

Réponse en bas de page

4-Mon premier n’a pas de relief

Mon second est une activité ludique

Mon tout est le favori de l’été

5-Mon premier est un animal à bois

Mon second est le contraire de mort

Mon trois est une forme du verbe être

conjugué

En été je bronze dessus

6-Mon premier est un oiseau voleur

On coupe du bois avec mon second.

Mon troisième peut être marin ou papillon

J’adore plonger dans mon tout.

La p’tite énigme

Marc et sa femme Flora sont en vacances sur une île. Sur cette île, il y a aussi Jeanne et Bernadette, une vieille femme.

Ce samedi matin, tous se lèvent. Marc, Flora et Bernadette s’assoient dans le hall, au vu de tous (il y a d’autres touristes sur l’île mais ils ne sont pas importants), et jouent aux cartes toute la matinée.

Pendant ce temps, toujours au vu de tous, Jeanne sors une barque et s’en va « bronzer sur une crique à côté ». Une fois que la grande partie de carte est terminée, trois heures après (oui ils adorent les cartes), Marc et Bernadette décident d’aller faire une balade en mer.

Ils passent devant une crique et là ils voient un corps allongé sur la plage. Ils accostent sur la crique, et Marc descend de la barque pour aller voir le corps. Il revient et dit, horrifié : Jeanne est morte. Ils rentrent à l’hôtel de l’île et appellent la police. Celle-ci arrive deux heures après et se rend sur les lieux du crime : elle constate la mort de Jeanne, étranglée sur la plage comme l’avaient décrits Marc et Bernadette depuis la barque.

Les seuls suspects possibles sont :
– Marc
– Bernadette
– Flora

Sachant que tous les trois ont un alibi indiscutable : ils jouaient aux cartes toute la matinée.
Qui est / qui sont le(s) coupable(s), comment a-t-il / ont-ils procédés ?
Ça ne peut être personne d’autre, le mobile n’a pas d’importance.

Amateur de polar, c’est à vous de jouer…Un indice, Hercule Poirot a un jour eu affaire à la même énigme.

En cadeau ABC contre Hercule Poirot… Un assassin astucieux, des fausses pistes et un hercule Poirot qui doute mais finit par trouver ! Un régal !

Le conte du mercredi : La petite fille perdue dans la foret du Gaou de Carmen Montet, racontée par Sally Diallo

Réponses des jeux

Charades :1 Espagne, 2 parasol, 3 Portugal, 4 plage, 5 serviette, 6 piscine

Énigme :

Quand Bernadette et Marc sont arrivés aux abords de la crique, seul Marc est descendu. Bernadette observait la scène de loin. Marc lui a DIT que Jeanne étais morte, mais était-elle vraiment morte, et était-ce vraiment Jeanne ? Non, sinon le meurtre n’a pas pu être commis.

En réalité, sur la plage, c’est Flora, la femme de Marc, allongée sur le ventre. Bernadette, dont la vue est de toute façon pas très précise (elle est âgée), a très bien pu confondre les deux silhouettes. Jeanne, elle, n’est pas encore morte, elle se balade non loin.

Marc et Bernadette repartent, arrivent a l’hôtel, appellent la police. Pendant ce temps, Flora trouve Jeanne, l’étrangle et la met sur la plage, à sa place. Elle revient alors par où elle est venue à l’hôtel (par les terres), où personne n’a remarqué son absence.

Le coupable est donc Flora, avec la complicité de Marc.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s