Contes et légendes : l’envie de voyager- les Frères Grimm

Il était une fois une pauvre femme dont le fils n’avait qu’une idée en tête : voyager. 
– Mais comment le pourrais-tu ? Disait sa mère. Il te faudrait avoir de l’argent et tu sais bien que nous n’en avons pas ! 
– Je vais me débrouiller, pensa le fils. Je serai honnête et partout je dirai : pas beaucoup, pas beaucoup, pas beaucoup. 
Et pendant un certain temps, il se promenait en répétant sans arrêt : pas beaucoup, pas beaucoup, pas beaucoup. Il arriva ainsi vers un groupe de pêcheurs et les salua :
– Que Dieu vous garde ! Pas beaucoup, pas beaucoup, pas beaucoup. 
– Qu’est-ce que tu racontes, chenapan, pourquoi « pas beaucoup » ? Se fâchèrent les pêcheurs. 
Et quand ils sortirent les filets, quelques poissons seulement y frétillaient, vraiment pas beaucoup. Ils chassèrent le jeune homme avec leurs bâtons. 
– Tiens ! Et tiens ! Tu l’as bien mérité ! Crièrent-ils. 
– Que dois-je dire alors ? Demanda le jeune homme. 
– Bonne pêche, tu devais dire, attrapez-en le plus possible !
Et le jeune homme continua son voyage en répétant sans arrêt : « Bonne pêche, attrapez-en le plus possible », jusqu’à ce qu’il arrive à une potence. On était juste en train de pendre un malheureux pêcheur. 
– Bonjour, commença le jeune homme, bonne pêche, attrapez-en le plus possible.

– Comment ? Quel goujat ! Que veux-tu dire par ton : « attrapez-en le plus possible » ? Tu ne crois pas qu’il y en a assez comme ça ? Selon toi, il devrait y en avoir encore plus peut-être ? 
Et il se fit rosser à nouveau. 
– Comment devrais-je dire alors ? Demanda le jeune homme. 
– Tu dois dire : « Que Dieu soit miséricordieux avec cette pauvre âme ». 
Le jeune homme se remit à marcher et répéta partout où il allait : « Que Dieu soit miséricordieux avec cette pauvre âme. » 
Il arriva au bord d’un fossé où il vit un équarrisseur qui s’apprêtait à supprimer un cheval. 
– Bonne journée, dit le garçon en se précipitant vers lui. Que Dieu soit miséricordieux avec cette pauvre âme ! 
– Qu’est-ce qui te prend, chenapan ! S’écria l’homme. 
Et il frappa le garçon sur la tête avec ses outils si fort que ce dernier n’entendait plus et ne voyait plus. 
– Qu’aurais-je dû vous dire alors ? 
– Dans le fossé, charogne ; dans le fossé, charogne !
Juste à cet instant un coche plein de monde arrivait par la route et le jeune homme cria  
– À la vôtre !  » Dans le fossé, charogne  » !
Et le coche quitta la route et se renversa dans le fossé. Le cocher leva son fouet et frappa le jeune homme si fort que ce dernier put à peine marcher. 
C’est de bon gré qu’il rentra à la maison, auprès de sa mère, et ne mit plus jamais les pieds hors de chez lui. Il avait abandonné pour toujours l’idée de voyager.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s