Humour…grinçant : Au nom des femmes !

En tant que femme, féministe et humaniste, j’ai été profondément choquée par la décision de la cour suprême des USA de révoquer le droit à l’avortement. Ainsi donc, une des plus grandes démocraties du monde vient de priver la moitié de ses citoyens du plus élémentaire des droits : celui de disposer de son corps ! Et cette même démocratie se targue de donner des leçons au monde sur les libertés ! Les USA après cette décision inique montre que finalement, en ce qui concerne le droit des femmes, ils ne sont pas si éloignés de certains pays dont ils dénoncent l’absence de droits pour les femmes (Talibans, pays arabes…). Dieu merci, il existe encore des hommes pour qui les droits de la femme sont inaliénables et qui dénoncent avec force les abus dont elles sont encore victimes aujourd’hui dans le monde. Je vous laisse lire ce texte de Nicolas Gouzy qui vaut mieux que tous les discours entendus.

gouzy

C’est un billet de cœur et de compassion, d’effroi aussi. Voilà que de vieux mâles à la bite flétrie et aux idées raidies comme leur Bible, encroûtée par tout le sang et les larmes versés en Son Nom et tout le foutre séché des guerriers saints qui la brandissaient, l’épée dans l’autre main, prononcent et imposent leur vision archaïque du Monde. Voilà que de vieilles femmes reniant leurs mères, leurs sœurs et leurs espoirs en un monde meilleur luttent contre la Liberté et enlaidissent leurs prières avec des Lois humaines. En miroir d’ailleurs pas si lointains (la Terre est ronde) où de jeunes mâles pétris d’Allah, armés de kallach’s et inféodés à d’autres coutumes barbares, encagent leurs femmes et les contraignent à l’inculture et à la servitude. En écho à d’autres langues pas si étrangères et si nombreuses dans lesquelles on dit, on écrit et on lit toujours qu’il faut mutiler les femmes, on dit encore qu’il faut les battre, qu’on peut les violer, les vendre et les marier de force et que s’y opposer c’est le Mal (ou le mâle ?) En malheureux accords discordants avec la parole des réfugiées qui fuient de jeunes hommes et de vieilles bombes lancés contre elles par un néo-Tsar psychopathe. Et puis, et puis, et puis, en mémoire de toutes celles qui se sont battues et se battent encore, qui donnèrent leur vie et qui meurent encore, que les hommes ont privé de liberté et qu’ils emprisonnent encore ; à toutes celles dont les filles furent privées d’avenir, de soleil, d’amour ; mais aussi aux milliards (oui, car la Terre est grande) de mères aimantes et apaisées, de jeunes filles aux cheveux dénoués, je demande pardon, au nom de tous les vieux cons.

Nicolas Gouzy

« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant. »

Simone de Beauvoir

Ma préférée de la semaine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s