Rencontre – Catherine Boissaye


Une rue perdue dans le temps
Où les souvenirs soupirent
Après la vie d’ici, bien avant
Que le nouveau monde expire.
Oh ! Seulement voir une lueur
Percer dans les ténèbres,
Sortir de cette sombre peur,
Étouffer les chants funèbres.
Et leur coeur errant
S’enfonce dans le néant,
Cherchant la lumière
Un flash, un simple éclair
D’un seul regard il fut conquis
Et, se noyant dans ces yeux,
Il se sentit totalement soumis.
Pauvre, transi, mais amoureux.

Photo Julie Ladret

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s