« Je hais les voyages et les explorateurs… » Aurore Bessy

Aurore Bessy

Avant tout, qu’entend-on par voyager et que représente, à nos yeux, le voyage ? De quelle manière allons-nous l’appréhender et le vivre ?

Est-il un besoin de dépaysement, d’exotisme, une manière comme une autre de passer quelques vacances ? Est-il limité à une question de planning, d’organisation, d’itinéraire à déterminer avec précision pour rejoindre une destination choisie ?

Pour moi, voyager c’est bien au-delà. Voyager c’est prendre le chemin d’une histoire, d’une légende qui nous escorte depuis l’enfance et même, dirais-je, depuis le ventre maternel.

Le voyage s’initie dès nos premiers regards sur le monde. Il est comme un appel lointain, celui du nomade occulté en chacun de nous, son désir de liberté, de s’inscrire dans l’immensité du monde qui l’entoure.

Voyager c’est se défaire de liens d’une vie sédentaire, même si l’on sait qu’on la retrouvera plus tard. Voyager c’est partir. Partir avec son corps et avec sa tête.

Les préludes du voyage commencent au moment où on pose le doigt sur un planisphère afin de clarifier un lieu de destination. Lieu qui prend vie, déjà, dans notre imaginaire.

Vient alors le temps des préparatifs matériels. Il nous faut bien boucler quelques valises ! Choix judicieux et complexe de leur contenu où l’on s’étonne parfois des choses qui nous deviennent alors nécessaires d’emmener avec soi: un livre auquel on n’aurait pas pensé, un vieux vêtement, un grigri…

Puis vient l’instant où l’on ferme la porte. Bruit mystérieux de la clef qui tourne dans la serrure. Rite du passage. Instant 0. Instant lourd d’intensité, de sentiments contraires, où se mêlent à la fois la joie du départ, à la douleur de la séparation avec ceux qu’on laisse derrière soi.

S’amorce alors le voyage. Plongée dans l’inconnu. Sentiment de n’être plus tout à fait soi-même.

Abandonner préjugés et idées reçues, découvrir chaque espace rencontré avec les yeux de la découverte, avec le regard neuf de l’enfance. Découvrir avec sa tête, mais aussi avec son corps, entendre, sentir, goûter, toucher, respirer. S’imprégner du lieu, s’en infuser, laisser monter en soi son souffle, sa vibration, sa force, sa violence et aussi sa poésie.

Le voyage nous démultiplie et en même temps il apparaît comme un puzzle où tout se rejoint à l’instant où par magie on capte l’intensité d’une émotion, d’un étonnement, d’un émerveillement. Et là, oui, là, vraiment, nous vient cet autre instant fabuleux : ce besoin soudain d’en laisser la trace à travers une carte postale, une photo, un dessin, une peinture, un texte ou quelques mots griffonnés sur un carnet…

Puis revenir au port, riche de ces instants magiques, avec une tempérance nouvelle.

Je hais les voyages qui ne sont que des parcours organisés, superficiels et touristiques. Ceux-là mêmes qui ne nous ont pas permis de voir au-delà de notre petite « lorgnette », ne nous laissant en définitive que de vagues souvenirs exotiques.

Car ce n’est pas la longueur du voyage qui importe-il n’est pas de grands ni de petits voyages- C’est la façon dont on le conçoit. Celle qui laissera en nous des moments précieux et privilégiés dans nos mémoires, ces moments qui nous ont permis de sortir un peu de ce que nous sommes, pour nous ouvrir au monde.

Je hais de même les explorateurs ceux-là même qui par le passé ont découvert des nouveaux continents, avec le regard étroit de leurs préjugés, en qualifiant les hommes qui y vivaient de barbares ou d’indigènes. Ceux-là qui, sous la foi d’une religion ou sous l’allégation du droit de civilisation, ont bafoué, tué, exterminé des populations, annihilé leurs croyances, leur science, leur culture !

Le véritable explorateur est ce voyageur qui pose un regard humble sur les hommes et les femmes qu’il rencontre. Qui s’enrichit de toutes les différences et les accorde entre elles pour porter, aussi loin que possible, l’idéal humanitaire. Celui qui entre de plain-pied dans l’universalité des peuples.

Ylanite Koppens

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s