ALMANACH VERMOT 1932 :  » A COR ET À CRI « 

D’où vient cette expression qui signifie  » appeler quelqu’un bruyamment, de toutes les manières, et afin qu’il entende sûrement ?

Cette dernière est une ancienne  expression de chasse ; au Moyen-Age on disait : «  Poursuivre un cerf à cor et à cri « , et cela voulait dire qu’on l’effrayait le plus possible, par le son du cor et par le cri des chasseurs, afin qu’il ne sache plus où aller et se fasse prendre.

De ce sens propre au sens dérivé il n’y avait qu’un pas, et ce fut, croit-on, le poète Marot au XVIe siècle, qui, le premier, franchit ce pas.

«  Lors eux, cuidant que fusse un grand crédit,

M’ont appelé Monsieur à cry et à cor. »

Les exemples de l’emploi de cette expression se multiplient ensuite ; citons notamment Mme de Sévigné, qui écrit dans un de ses lettres, datant de 1626 :  « Il demande le coadjuteur à cor et à cri «.

Depuis, «  à cor et à cri «  est tombé dans le langage populaire, et nombre de gens se servent de cette expression pour montrer qu’ils ont mis toute l’insistance voulue pour appeler quelqu’un.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s