Feuilles, fleurs, femmes – Gilles Greard

Feuilles, fleurs, femmes
puis-je déclarer ma flamme ?
Sans évoquer les larmes,
sans évoquer les armes,
sans évoquer la hargne.
Feuilles, fleurs, femmes
puis-je déclarer ma flamme ?
Ô la douceur du toucher à l’ombre du peuplier
ô la délicatesse du parfum à l’aube du premier jour
ô la douce peau, le grain de peau à l’orée du chemin.
Feuilles, fleurs, femmes
puis-je déclarer ma flamme
sans évoquer les larmes.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s