Patricia Ligouis Fort – Se dire

Les mots comme un filet d’eau douce, les mots torrents de vie, les mots blessures, les mots doutes, la beauté simple d’un même regard sur l’oiseau qui s’est posé.
Les mots silences, pour que l’émotion s’infiltre dans l’intime et jaillisse plus tard des profondeurs.
Se dire.
Les mots d’enfance, les inévitables ratures qui font grandir, les souvenirs comme des lanternes au levant.
La rage de ne jamais toujours ne rien regretter.
Pour que filtre la lumière, pour exister.
Sans peur, sans calcul, sans faux semblant.
L’âme bleue nue.
Loin, très loin de cette verticalité, lorsque empêtrés de ce que nous croyons savoir, que nos mots désignent pour fabriquer des images aseptisées, laissant nos ombres invisibles, pour surtout ne pas laisser de porte ouverte, nous oublions ce mystère de la rencontre.
Se dire.
J’ai croisé de beaux humains.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s